Cyrille, Méthode et la mission

Jeudi dernier l’Eglise fêtait les saints Cyrille et Méthode. Depuis le
pontificat du pape Jean Paul II, ils sont devenus patrons de l‘Europe. En 1985, le pape consacrait une encyclique pour donner le sens et l’importance de l’oeuvre qu’ils ont entreprise au IX éme siècle chez les peuples slaves. Elle comporte une réflexion sur le lien entre chaque culture et l’Evangile, et donc sur l’effort constant que les chrétiens doivent vivre pour que l’annonce aujourd’hui rejoigne nos contemporains. Ils nous laisse l’exemple d’un regard d’une particulière bienveillance pour toute culture que l’on doit rejoindre :

11. Pour traduire les vérités évangéliques dans une langue nouvelle,
ils durent faire en sorte de bien connaître le monde intérieur de ceux auxquels ils avaient l’intention d’annoncer la Parole de Dieu avec des images et des concepts qui leur fussent familiers. Introduire correctement les notions de la Bible et les concepts de la théologie grecque dans un contexte très différent d’expérience historique et de pensée, cela leur parut une condition indispensable à la réussite de leur activité missionnaire. […] Ce fut un effort véritablement digne de l’esprit missionnaire que de se familiariser avec la langue et la mentalité des peuples nouveaux auxquels on apportait la foi,
comme fut également exemplaire la détermination avec laquelle furent assimilées et assumées vraiment toutes les exigences et les attentes des peuples slaves. Le choix généreux de s’identifier à leur vie et à leur tradition, après les avoir purifiées et éclairées par la Révélation, fait de Cyrille et Méthode de vrais modèles pour tous les missionnaires […].
La communion parfaite dans l’amour préserve l’Eglise de toute forme de particularisme et d’exclusivisme ethnique ou de préjugé racial, comme de toute arrogance nationaliste. Une telle communion doit élever ou sublimer tous les sentiments purement naturels qui se trouvent légitimement dans le cœur humain.

18. L’Evangile ne conduit pas à appauvrir ou à effacer ce que tous les
hommes, les peuples et les nations, toutes les cultures au long de l’histoire, reconnaissent et réalisent comme bien, comme vérité et comme beauté. Il pousse plutôt à assimiler et à développer toutes ces valeurs : à les vivre avec générosité et dans la joie, à les parachever à la lumière exaltante et mystérieuse de la Révélation.

Extraits de l’encyclique SLAVORUM APOSTOLI du pape Jean Paul II (1985)

Nous pourrions ainsi nous demander comment nous sommes attentifs à « bien connaitre le monde intérieur » de nos différents contemporains ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *